• Traitement des syndrômes Canalaires

    Traitement de la névralgie d'Arnold

    Le nerf d'Arnold (nerf occipital ) chemine à la partie postérieure du cou et au niveau du scalp. La nevralgie d'Arnold consiste en une sensation douloureuse ou de dysesthesie en arrière de la tête dans la région occipitale. Plus rarement la douleur s'étend au front, tempes, mâchoires...

    Les causes de la pathologie sont encore mal comprises. Des facteurs traumatiques extérieurs sont parfois à l'origine de ces symptômes (casques, travail sur ordinateur, arthrose).

    Avant traitement,  une imagerie IRM doit être réalisée. Elle servira à éliminer une cause locale (arthrose, tumeur nerveuse). En cas de normalité de l'examen on parlera de névralgie essentielle. 

     

    L'infiltration de produit cortisoné est réalisée en deux sites distinctes selon les données de l'IRM. On infiltrera l'articulation C1-C2 en cas d'arthrose inflammatoire prouvée et la base du scalp au lieu de passage du nerf en l'absence d'anomalie articulaire.

    Dans tous les cas, une consultation de radiologie interventionnelle est organisée avant le geste pour expliquer les détails de l'intervention 

    La névralgie pudendale : syndrome d'Alcock 

    La névralgie pudendale est une souffrance de nerf honteux interne. La clinique consiste en une douleur périnéale diffuse et chroniques en particulier dans la position assise.

    Des sensation de brûlures ou de pesanteur pelvienne  sont décrites par les patients L'errance est souvent longue avant d'évoquer cette pathologie.

    Deux zones de conflit nerveux sont maintenant bien identifiés.

    -La première se situe au contact du ligament sacro-tubéral

    -La seconde au niveau du canal d'Alcock, au contact du muscle obturateur interne  

     

    Un scanner du bassin ou une IRM pelvienne doivent être réalisés afin d'éliminer une compression nerveuse extrinsèque. L'électromyogramme peut être une aide mais  sa normalité ne permet pas d'exclure le diagnostic.

     

    L'infiltration peut être réalisée selon les cas dans l'une ou les deux zones de conflit. Son utilité est double. Elle sert de test anesthésique diagnostic et permet de soulager les douleurs dans environ 2/3 des cas.

     

    Dans tous les cas, une consultation de radiologie interventionnelle est organisée avant le geste pour expliquer les détails de l'intervention 

All Posts
×